Slow dating#1

Pour ce premier numéro, inspiré de l’atmosphère hivernale, entre après-midi pelote au coin du feu et balades revigorantes au grand air frais, nous avons rencontré 3 personnalités, SLOW mais qui ne le savent pas et le revendiqueraient encore moins. Pour ce premier numéro, inspiré de l’atmosphère hivernale, entre après-midi pelote au coin du feu et balades revigorantes au grand air frais, nous avons rencontré 3 personnalités, SLOW mais qui ne le savent pas et le revendiqueraient encore moins. Compte-rendu de notre premier SLOW-DATING…


Qu’est-ce qui vous plait de faire en hiver ?

Margaux : « Tous les contrastes de cette saison. Une neige blanche et froide dehors et la chaleur du feu de bois qui crépite à l’intérieur, les balades emmitouflées dans un air glacial et sec sous un ciel immensément bleu… »

Thibault : « … les activités de cette saison : le ski au réveil, quand il n’y a pas grand monde encore, que la neige est fraîche et que je me sens en pleine forme et libre – hors de tout mouvement général des skieurs. Des moments aussi rares que précieux. Les randonnées seul face à la montage silencieuse. Et travailler dans mon atelier, tandis que les flocons virevoltent derrière la fenêtre – et que je suis au chaud, chez moi, à exercer ma passion. »

Charlotte : « Les promenades en forêt, les batailles et bonhomme de neige et le cocooning à la maison, toute scintillante des décorations de Noël… »

Margaux : « … et aussi, les raclettes, les chocolats chauds, les réunions entre amis au coin du feu. Les châtaignes grillées de l’automne… Ce que j’aime par-dessus tout c’est ce repli sur soi. Cette lenteur qu’on s’autorise plus facilement qu’à la belle saison – en hiver on se permet de ralentir le rythme, on accepte plus facilement ses coups de blues « de saison », c’est une période propice à la réflexion, la remise en question… Une forme d’hibernation positive.

La nature en hiver c’est…

Charlotte : « Le soleil qui fait scintiller la neige fraîchement tombée, les sons ouatés de la nature endormie, la clarté et la vivacité de l’air. C’est le bruit des crissements de la neige sous mes pas ou sous mes skis… C’est imaginer les marmottes bien hibernant dans leur terrier ! »

Thibault : « J’ai la chance de ne pas seulement les imaginer – je peux voir des renards, des sangliers, des biches la nuit. Les animaux qu’on voit peu le reste de l’année (parce qu’ils partent plus haut l’été). J’en profite aussi pour nourrir les oiseaux.

Margaux : « On les remarque plus en hiver – comme les renards ils sont plus facilement visibles. Et puis la brume ! Les paysages blancs et silencieux, les arbres nus, les paysages « de fin du monde », par exemple dans un grand champ recouvert de neige, un arbre seul, nu je trouve ça beau. Ici il n’y a pas un jour qui passe sans que je me dise que les lumières sont magnifiques et uniques – et les étoiles qui semblent réapparaître loin de toute la pollution lumineuse des grandes villes ! »

La neige ça vous donne envie de… 

Charlotte : « … sauter dedans ! puis d’attraper les flocons, les observer de très très près avant qu’ils ne fondent… »

Thibault : « oh non ! C’est trop froid ! En fait j’ai très envie qu’il en tombe beaucoup, pour rester dans mon chalet –  impossible de sortir, voiture bloquée, ville paralysée, et tout qui semble s’arrêter quelques jours. Une parenthèse de vie en autarcie. C’est très romantique ! »


PROFILAGES

Margaux, 33 ans Néo-Drômoise
Après des études d’agronomie à Paris, elle choisit les principes de la permaculture, et part se former sur le terrain à travers différentes expériences. Elle participe aux stages de Pierre Rabhi (www.pierrerabhi.org), puis devient experte des compostes de l’est-Ile de France, en accompagnant les communes pour organiser un compostage collectif durable. En 2017, elle décide de quitter Paris pour s’investir dans une ferme collective dans un petit village au pied du Vercors. Cet hiver, ce profil délicat et passionné, découvre son nouveau décor sous la brume montagnarde…

Thibault, 33 ans Haut-Savoyard du monde
Designer de formation, il quitte Paris et la téléphonie pour le Japon, où il découvre un mode de pensée collective. Durant 3 ans, il développe au sein d’un open-space des projets artistiques. Il s’envole ensuite en Indonésie quelques mois mettre en place, avec une véritable conscience écologiste, une production des savons artisanaux. Puis il revient aux sources, dans le calme savoyard de sa ville natale, Annecy. Il s’installe alors dans un chalet perdu au milieu de la nature où il monte son atelier d’autodidacte menuisier et ingénieur…  Il construit son imprimante 3D commandée en kit sur internet, s’équipe de machines à bois, d’outils portatifs et se lance dans la fabrication de lits en bois en série, invente des cabanes suspendues d’appartement, innove dans une ruche horizontale ou retape un bobsleigh !
Retrouvez ce Thibault-trouve-tout sur IG : tiwikiworkshop.

Charlotte, 35 ans Parisienne cosmopolite
Charlotte est née en Guadeloupe, a grandi à Tahiti, déménagé en Haute-Savoie, et vit désormais à Paris… Autant de traversées d’un lifestyle à un autre diamétralement opposé ! Elle même aujourd’hui a décidé de prendre un virage dans sa vie et de quitter la rigueur du notariat, le cadre légal : un changement de métier à faire… là résident toutes ses réflexions ! Et justement, elle décide de prendre le temps, d’apprécier ce flou artistique, de profiter de l’immensité des possibles qui s’ouvrent devant elle… Passionnée de yoga avant qu’il ne soit fait mode, et adorant l’énergie sans limite des enfants, elle imagine toutes sortes de combos nouveaux, motivants qui lui permettront de trouver une parfaite harmonie entre sa profession, et sa vie et envies personnelles. Au milieu de cet recherche d’équilibre, une personnalité entière et rafraîchissante au cœur de l’hiver urbain !

 

Laisser un commentaire